Presse

Le Jardin Retiré est en couverture du magazine « Parcs et Jardins de Normandie » édition 2017.

Paru dans des revues spécialisées telle que: « L’art des Jardins », « L’ami des jardins », « The English Garden », « Voyages Jardins ».

Voir toutes les parutions dans la presse […]

France Inter – Grand Bien Vous Fasse Juin (2019)

Extrait de l’émission « Grand Bien Vous Fasse » diffusée sur  France Inter le jeudi 21 juin 2019.

« à Bagnoles de l’orne… rencontrer des gens incroyable comme cette femme Annie Blanchais qui est venu à bout des pierres de son jardin pour faire un jardin assez exceptionnel, que l’on peut visiter. On l’appelle la dame aux camélias … mais il y a aussi beaucoup d’autres espèce ».

 

 

 

 

Les Plus Beaux Jardins Normands

Hors série, Juillet/Août 2019.

Un jardin créé par une danseuse chorégraphe, c’est la promesse de rythmes, de mises en scène et d’harmonie. Inspirée par un voyage autour des jardins de Jersey, Annie Blanchais a créé le Jardin Retiré pour y exprimer son goût du romantisme…

A R Magazine Voyageur

Le Jardin Retiré
Au bonheur des fleurs…
On l’appelle « La Dame aux Camélias » bien qu’elle ne partage en aucune manière le destin tragique de l’héroïne d’Alexandre Dumas Fils. Son vrai nom, c’est Annie Blanchais…

Patrimoine Normand N°109 (2019)

Si Bagnoles-de-l’Orne-Normandie est réputée pour sa station thermale, la commune recèle bien d’autres trésors qu’on ne peut ignorer, tels l’ermitage Saint-Ortaire à Saint-Michel-des-Andaines, témoin de l’arrivée du christianisme dans la forêt ; le souvenir de Chrétien de Troyes et de ses chevaliers de la Table ronde ; et depuis l’orée du siècle, le Jardin Retiré, à deux pas du centre de cures. Un quart d’hectare de plantes d’ombre ou de mi-ombre dans une atmosphère de roman anglais qui invite au repos et à la rêverie.

La longue écharpe boisée de la forêt d’Andaine, ceinture verte de la Normandie aux confins du Maine, surgit des roches du Massif armoricain, sur une terre de bruyère qui nourrit autant les légendes que les pins et les chênes enracinés dans les grès et les schistes du Paléozoïque. On raconte qu’au VIe siècle, les malades se pressaient à l’ermitage d’Ortaire, munis de cailloux d’une taille proportionnelle à la gravité de leur mal, qu’ils plaçaient sur les branches d’un arbre à la hauteur de la partie du corps qui les faisait sou…

http://www.patrimoine-normand.com/article-136554-jardin-retire-bagnoles-de-orne.html